Ouverture du Site le XX Août 2007 !

Bienvenue sur le site Artic, le site de l'Art. N'hésitez pas à visiter le forum !



Début en argentique : Matériel et pellicules.
Première étape : Sortir la pellicule !
Deuxième étape : Révéler le négatif.
Troisième étape : Les produits de développement.
Quatrième étape : L'agrandisseur.
Annexe : La planche contact
Tirage : Préparation

Deuxième étape : Révéler le négatif.


Une fois qu'on a sa péloche en main, il faut révéler le négatif avant de pouvoir tirer les photos.
Pour se faire, au lieu de procéder dans le noir complet, il y a une technique beaucoup plus simple qui évite de devoir éteindre la lumière, et donc dispense de bleus dûs aux bugnages aléatoires un peu partout; LA BOITE NOIRE.

Bon, d'abord, il vaut mieux s'entraîner avec une pellicule foutue, à l'enrouler sur la spirale.

- D'abord en regardant, puis en fermant les yeux. Posez les mains de chaque côté de la spirale, et tenez-la verticalement devant vous, amorce vers le haut, bobine de film contre votre ventre.
- Posez vos pouces au bord du film, à l'entrée de la spire, afin de le guider. Amorcez doucement un mouvement de va et vient avec les deux parties de la spire, le film s'enroule automatiquement.

Réussi ? Bien. Maintenant, ça se corse.


- Attrapez votre pellicule à révéler, et couper les bords, de façon à ce que le bout ressemble à ça :


Ensuite, glissez le bord de l'amorce dans la spirale comme fait précédemment, mais en veillant à ne pas trop tirer dessus, afin que la partie utilisée pour les photos ne dépasse pas.

Puis, bazardez ceci, avec ceci...

... dans la boîte noire, sans oublier les ciseaux, et le couvercle étanche de la cuve noire et rouge. On ferme, on passe les papattes dans les bouts de tissus de façon à maipuler tout ça dans la boîte, dans le noir complet (vu que la boîte est étanche).

ATTENTION, la vicieuse a tendance à faire des scoubidous, il faut donc faire gaffe en l'enroulat sur la spirale à ne pas la froisser ni la tordre, à ce stade là elle est trèèèèèèèèès fragile. Une fois arrivé, au bout, un coup de ciseau pour la séparer de son boîtier, encore quelques coups de va-e-vient pour bien l'enrouler dans la spirale, et le tour est joué.

Ensuite !





Et après, on ferme hermétiquement la cuve !

Ouf, ça y est, première étape finie, on peut rouvrir la boîte noire et arrêter de transpirer comme un bourrin.

Maintenant, on suppose que le révélateur de négatifs a été préparée, hein, on n'est pas des branleurs, on l'a déjà dilué et dosé. La plupart du temps, on utilise du D76 dilué, à vous de voir si vous préférez un produit à bain perdu (qu'on bazarde après chaque utilisation, et qu'on dilue +) ou un produit réutilisable (- dilué). Température idéale pur suivre le temps de développement : entre 20° et 22°.

Versez le produit préparé dans la cuve et tapotez un coup pour décoller les bulles d'air de la bobine (sinon, bonjour les taches). Lancer le chrono (pour une pellicule noir et blanc 400 ASA, on laisse mariner la péloche environ 7 minutes 30). Les 30 première secondes, retournez et agitez la cuve continuellement, puis après, ponctuellement deux ou trois fois toutes les 30 secondes, sans oublier de tapoter le fond de la cuve.

Une fois le temps écoulé, videz le fixateur sans ouvrir la cuve (juste le couvercle étanche à la lumière), et faire couler de l'eau au robinet directement dans la cuve. L'eau courante fait office de bain d'arrêt, afin que le processus chimique stoppe son action sur la pellicule. Laissez couler pendant quelques minutes.

Videz l'eau, puis versez le fixateur dans la cuve. même système que pour le révélateur, retournez et agitez toutes les 30 secondes, en tapotant le fond de temps en temps pour décoller les bulles.

Au bout de deux minutes environ, on peut ouvrir la cuve et regarder l'avancement ; si le négatif craint un peu, laisser agir encore le fixateur. Ne pas oublier de re-rincer abondamment à l'eau courante, directement dans le trou de la cuve. Si possible, versez quelques gouttes d'agent mouillant dedans.

Ca y est, on peut enfin sortir la péloche dééééélicatement, la sécher méticuleusement avec une peau de chamois, l'accrocher à son fil et la regarder sécher... C'est dans ce genre de moment qu'on entend fuser les "Baaaaaah elles sont toutes cramées/floues/pas cadrées/moooooocheuh !"

NB : si on a besoin rapidement de sa pellicule, on peut la sécher au sèche-cheveux en faisant très attention à ne pas brûler la partie gélatineuse (brillante). Une fois la pellicule sèche, on peut la couper par bandes de 6 photos et la ranger dans des fiches transparentes, ça servira pour la prochaine étape.



[ Discutez-en et posez vos questions sur le forum d'Artic ! ]


Écrit par Boulette.



Copyright Artic.