Ouverture du Site le XX Août 2007 !

Bienvenue sur le site Artic, le site de l'Art. N'hésitez pas à visiter le forum !



Letenastärë

Souvent, quand le moment arrive de parler de moi, je me retrouve bloquée comme un enfant à que l’on a piégé avec une question dont il n’a pas la réponse. J’ai toujours été dévorée par une curiosité insatiable, et donc je n’ai jamais cessé d’apprendre et de tenter d’enrichir tout ce qui pouvait l’être (culture, connaissances, expériences,…). Alors ça n’est pas en un jour qu’on peut me connaître vraiment, et encore moins en une petite page de présentation. Cela explique aussi pourquoi je ne sais jamais par où commencer : on peut se contenter de peu mais ça manque de « piquant » ; tant pis, ici on est là pour une raison bien précise, alors je ne vais m’étaler que sur certains points. J’espère ne pas vous perdre en route !

Artic, c’était à la fois une découverte inopinée, et céder à ma curiosité piquée à vif. J’avais repéré depuis un petit moment, grâce à Nérak je crois (qui en parlait sur un autre forum), les changements de design attrayants, le nombre de membres et de messages important, les catégories… et puis un jour, j’ai fini par céder en me disant que si ça ne me convenait pas, je pourrais toujours faire marche arrière et demander à ce qu’on supprime mon compte. Au final, j’y suis encore, et j’ai intégré l’équipe. Je ne sais plus comment ça s’est passé, mais j’ai remplacé Kahu dans la section écriture, fait du tri, des annonces... et avec quelques concours, la section a commencé à repartir. C’est une section peu active du forum (par rapport aux photos par exemple) mais elle prend beaucoup de temps. Aujourd’hui, j’essaie de passer aussi régulièrement que possible, mais avec mon année de prépa qui commence, c’est un casse-tête. Je ferai de mon mieux pour aider l’équipe dans la prise de décisions etc., j’essaierai aussi d’être à quelques visus, tout en continuant à gérer ma section… mais c’est de plus en plus difficile.

Des passions, des centres d’intérêts, etc. etc., j’en ai des tas. Tout est susceptible de me plaire et/ou de m’intéresser. Au détour d’un marché, d’une rue, d’une librairie (surtout) … Lecture, écriture, calligraphie, histoire de l’art, musique, … et photographie. J’ai toujours aimé la photographie, mais quand j’étais plus jeune, j’étais vraiment nulle. Les cadrages étaient toujours absurdes, parfois les photos étaient floues… on se demandait si on allait continuer à le fournir des pellicules tellement j’en ai raté. Un jour, sans que je sache pourquoi, j’ai fait beaucoup plus attention à ce que j’allais prendre en photo, au niveau lumière, cadrage, intérêt de la compo… et quand j’ai vu ma première « belle » pellicule (en argentique) j’ai tout de suite su que voulais continuer, mais continuer comme ça. Faire de belles photos, pas seulement des photos souvenirs. Seulement, avec un argentique, il faut plus réfléchir, et je n’étais pas vraiment prête, aussi, j’avais tellement raté des pellicules que je n’osais plus en demander (même si la dernière était bien). Je regardais des gens autour de moi qui avait des compacs numériques, puis mon père, … et je me posais plein de questions. Lorsque ma sœur a « osé » en demander un pour Noël, j’ai été très étonnée et déçue : je n’y avais jamais pensé, et comme elle le demandait comme cadeaux « des 18ans », je ne pouvait pas me permettre de faire pareil, surtout qu’elle aurait de toute façon mal pris que je « copie » (et j’aurais eu beau expliquer que je le voulais depuis longtemps, lui montrer mes tas de photos argentiques, elle n’aurait rien voulu entendre).
Sur ce coup là, mon père a été béni. Il savait très bien que je mourrais d’envie d’en avoir un, que je lorgnais sur celui de ma sœur, et que ces pellicules réclamées signifiaient vraiment quelque chose. Il a aussi vu dans le numérique la solution à ce coût énorme de développement… et probablement à un bon moyen d’apprendre en s’entraînant. Fin octobre 2005 (ou mi Novembre), mon père avait donc acheté la bête et me l’avait mise entre les mains pour la tester : c’était le modèle d’exposition, en promo. (Canon Ixus 500). Je ne saurais décrire quelle a été ma joie lorsque je l’ai eu un main, lorsque j’ai réalisé qu’il était vraiment pour moi… et je peux vous dire que je l’ai tout de suite essayé, regarder sous tous les angles… et j’ai vite appris avec (Mon arrivée sur DeviantArt correspond à cette période d’ailleurs).
A partir de ce moment là, j’ai commencé à lire des livres de photo pour comprendre le vocabulaire, acquérir de la technique précise… et puis surtout, j’ai essayé de trouver et de comprendre par moi-même, avec les possibilités qu’offre un APN compac. J’ai beaucoup « jeté », mais j’ai été quand même contente de voir que parfois je pouvais faire des choses intéressantes. En arrivant sur Artic’, j’ai rencontré des personnes impressionnantes, qui ont réellement des choses à montrer et qui y arrivent. A côté de ça, je me suis sentie toute petite, pitoyable même par moment, mais ça ne m’a pas empêché de continuer. Je me suis dit qu’il fallait apprendre encore et toujours. Seulement, avec tout ce que je fais, autant dans la vie et sur le net, j’ai un peu délaissé la photo, je manquais de temps. Mais même si c’est plus ponctuel, c’est toujours un plaisir. Je sais que je ne suis pas douée, que je n’ai pas une grande connaissance, mais j’essaie de faire avec, de montrer ces choses que je vois et qui me touchent. Même si ça n’a pas vraiment réussi (tout est relatif), Artic a été un moyen de me booster et de me faire apprendre.

Pendant un moment, j’ai eu une grande lutte intérieur car je n’arrivais pas à concilier mes différentes passions, dont les trois plus prenantes : la calligraphie, la photo, et l’écriture. Ce qui m’a fait le plus peur était de me rapprocher trop près de la photo et de bloquer en écriture… ce qui est arrivé, même si avec le recul (et une analyse) je pense que ça n’était pas aussi simple que ça. Cependant, étant donné que l’écriture est ce qui me colle le plus au corps (à l’âme même), j’ai également fini par arrêter la photo momentanément. Ca a été l’horreur assez longtemps (surtout durant une TRES longue période pendant laquelle je n’écrivais plus du tout, et que j’ai perdu « mon œil photographique »), et puis maintenant je commence à rétablir un équilibre ; sauf que je sais que je n’ai aucun talent photographique, et que l’écriture demande beaucoup plus de temps… et encore plus d’entraînement.

Aujourd’hui, je commence à reprendre pied dans la « vraie vie », et j’ai du boulot. Avec ce début d’hypokhâgne, le temps file à toute allure, et chaque seconde me rapproche de plus en plus à demain. Je cherche à me donner des repères stables, et surtout, à consolider mes projets d’avenir. J’ai mis du temps à me rendre compte de certains désirs concrets, mais maintenant, que je les vois réellement, qu’ils sont bien ancrés, je veux me donner les moyens. A ça me fait arriver à ceci : sur Artic’ j’ai rencontré des gens qui ont en eux cette part de rêve grandissante, mais de rêve qu’on nourrit pour qu’il puisse devenir vrai ; tout comme moi. Des gens qui ont en eux quelque chose de touchant, et une pointe de génie. Après le premier visu, Artic’ ça devient une sorte de petite famille (l’équipe en ce qui me concerne, puisque je n’ai pas vu de « membres »). Je sais que j’y ai des repères, même si je ne parle pas vraiment à tout le monde. Très peu en réalité. Et du coup, je me rends compte que je n’ai jamais réussi à vous dire ces choses. Leten, c’est l’effacée quand même, pas très présente, et pas la plus douée qu’on remarque, loin de là. Pas beaucoup d’échanges sur le forum, pas beaucoup de paroles sur MSN ou par mail, mais soyez certains que je pense beaucoup. Je vous suis sur vos sites, sur le forum, je lis…Et je pense à tout ça, à « nous », à vous. D’ailleurs, il faut se le dire, j’ai réellement trouvé en vous quelque chose qui me fait avancer, un moteur ; quelque chose que je ne saurais pas expliquer, quelque chose que vous ne pouvez même pas soupçonner. Mes projets réels, je ne vous en ai pas parlé, mais si j’en viens à bout, ça sera ne partie grâce à vous. Et vous devez le savoir.



Copyright Artic.